JUGEMENT DE L'AME

Publié le par carolita

 

Le British Muséum conserve le papyrus d’Ani : il mesure 24 mètres et 40 centimètres de large.Afin de renaître dans l’au-delà, il faut dissocier le corps du défunt (djet) de son âme (ka). Le « Livre des Morts » ou « Livre de sortir au jour » est placé dans le sarcophage du défunt afin de l’aider dans son voyage. Ce papyrus est de taille proportionnelle aux richesses du défunt.

En effet, le mort devait connaître les formules qui lui permettaient de franchir tous les obstacles. Durant leur vie, les égyptiens apprenaient les 165 chapitres du « Livre des Morts ».

 

 

 

Anubis accompagne le défunt jusqu’à la salle des « Deux Maât » (des deux justices) où siège le tribunal divin.

Osiris préside le tribunal mais ne juge pas. A ses côtés, Thot est présent afin de retranscrire le verdict de la pesée du cœur. Maât, déesse de la justice et de la vérité, est le contrepoids mis sur la balance lors de la pesée du cœur : à ce moment là Maât est représentée sous la forme d’une plume.Quarante deux assesseurs divins sont également présents, un assesseur divin par division administrative du pays. Les sœurs d’Osiris, Isis et Nephtys assistent à la séance.

 

 

Aucune divinité présente n’est là pour juger : le seul juge est la conscience du défunt, représentée sur la balance par son cœur.La pesée du cœur

 

 

Le défunt doit citer le nom d’Osiris et des quarante deux assesseurs divins avant de se confesser.

 

La confession est une confession négative : le défunt énumère le mal qu’il n’a pas commis.

 

La pesée du cœur rend son verdict : si la plume Maât est en équilibre avec le cœur du défunt, son âme devient justifiée, juste de voix (maâ-kherou). Si le cœur est plus lourd que Maât, il est alors dévoré par Ammout, la mangeuse de cœurs, car tout coupable doit être puni.

 

Thot, protecteur des scribes, confirme par écrit le résultat de la pesée du cœur.

 

L’âme justifiée, quant à elle peu continuer son chemin vers la Douat où le serpent Apopis l’attend.

 

L’âme justifiée parcourt ainsi la Douat en utilisant les formules du livre afin de triompher de toutes les épreuves. Afin de parvenir au but, il utilise les formules de transformation (lotus, faucon…) : il en existe treize.

Son parcours terminé, le défunt vivra comme il avait vécu sur terre mais sans contrainte et sans inconvénient.

 

 

Voir les Extraits de formules (bientôt disponible)

Voir La confession négative (bientôt disponible)

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Divers